Résidences au festival

Mapping show

Le Casino Barrière et la mairie de Trouville illuminés … vous en avez rêvé, ils le font ! Illumentiel, société caennaise spécialisée dans l’habillage visuel numérique à l’aide de la vidéo, créera spécialement pour Off-Courts des animations projetées sur ces deux bâtiments emblématiques de la ville et du festival. Ces ambiances vidéo immersives transportent le spectateur dans un univers où les repères visuels ont disparu. De la simple projection d’ambiance au jeu participatif, ce projet n’a pas fini de vous surprendre.

Ouverture : vendredi 4 à 21 h 30 sur la façade de la Mairie,
Clôture : vendredi 11 à 21 h 30 sur la façade du Casino Barrière

Mapping - Jeu vidéo

Venez vous amuser avec un jeu vidéo spécial Off-Courts, créé par Illumentiel. Votre écran, la façade de la Mairie ! Vous étiez champion d’Atari… c’est l’heure de votre revanche. Ouvert à tous et pour tous les niveaux !

Les dimanche 6 et lundi 7 à 23 h sur la façade de la Mairie

Fresque

Habitué des laboratoires de création du festival depuis plusieurs années, Shazam Psychochamane nous avait caché ses talents de peintre. Et quel talent ! C’est donc à lui qu’incombe la tâche de réaliser la traditionnelle fresque du festival, sous vos yeux et durant toute la semaine. Shazam faisant partie des artistes participant au projet Dragons normands, nul doute qu’un parfum de souffre vous guide jusqu’à son oeuvre …

Vendredi 4 : 19 h 00 – 20 h 30
Week-end samedi 5 + dimanche 6 : 13 h 00 – 20 h 00
Semaine du lundi 7 au vendredi 11 : 10 h 00 – 18 h 00

Galerie Phot’Off

Crépô (Montréal) et Stéphanie Aigret (Caen) – photographes – capteront les meilleurs moments de la semaine avec une exposition évolutive qui verra le jour au Village du festival. À chaque jour, de nouvelles découvertes des meilleurs moments du festival.

Toute la semaine de 10 h à 00 h 00

Shadow of a Doubt

Inspiré d’un univers cinématographique où l’expressionnisme allemand rencontre la New Wave des années 80, Shadow of a doubt raconte l’histoire de deux jeunes filles perdues dans un univers urbain quasi abstrait, sorte de prison mentale où rien ne se passe, aucune perspective, n’ayant que l’autre comme soutien mais aussi obstacle à sa propre individualité. Doivent elles fuir ou rester à s’aimer ? La série questionne sur le besoin d’altérité et d’imaginaire et renvoie aussi à la philosophie du doute sur ce qui existe ou pas autour de nous.

Toute la semaine au village.

Pierre Crépo | Photographe

Photographe autodidacte et socialement engagé, Pierre Crépô a été photojournaliste au magazine Mainmise et illustré le mouvement de la contreculture au Québec. Il a cofondé la revue photographique Ciel variable et la galerie montréalaise Dazibao. Depuis plus de quarante-cinq ans, ses œuvres ont été exposées à plusieurs reprises au Québec et à l’étranger et illustrent quantité de livres, revues, pochettes de disques et affiches.
La photographie de plateau et la manipulation d’images forment autant d’approches plastiques émaillant et nourrissant sa production artistique.

Stéphanie Aigret | Photographe

Après un passage à l’Université de Nanterre en philosophie, Stéphanie Aigret suit une formation de montage audiovisuel à l’INA. Projectionniste pendant huit ans, elle réalise des courts métrages : SUZANITA en 2006, FIN DE MONDE en 2013, JE VOUS SALUE, MOÏSE en 2014 et BASCULE en 2019. Par ailleurs photographe, elle monte une première exposition avec le collectif TROIS PIECES CUISINE à Grenoble en 2004. Puis 86400 SECONDES en 2008 et LA NOYADE en 2011, un récit photographique sur papier calque. Elle est amoureuse d’Agnès Varda, François Truffaut et Bertrand Belin. BASCULE est sa deuxième réalisation avec Tifenn Brisset.